Skip to main content

Madagascar : Disparition et meurtre de Chaino, un enfant malgache de 8 ans

En réaction aux dernières nouvelles sur Madagascar, et plus précisément sur l’île paradisiaque de Nosy Be, je profite de cette plateforme Mondoblog, reliée à RFI pour faire un coup de gueule sur le rôle légendaire déformateur et manipulateur des médias « officiels » et sur l’égoïsme surdimensionné que reflètent trop de réactions…

HISTORIQUE DE L’AFFAIRE CHAINO :

FAIT 1. L’enfant malgache de 8 ans, dénommé CHAINO avait été porté disparu depuis quelques jours, avant que son corps -mutilé- n’ait été retrouvé le mercredi 02 Octobre dernier. CHAINO EST LA VICTIME d’un meurtre !!! France 24 le dit clairement, l’enfant n’avait plus ni ses organes génitaux ni sa langue.

FAIT 2. Devant l’incapacité – légendaire aussi d’ailleurs – des forces de l’ordre malgache, la situation a dégénéré comme la population locale a mené sa propre enquête menant jusqu’au corps de CHAINO et a réagi de suite, suspectant trois personnes de faire partie d’un RESEAU EUROPEEN DE TRAFICS D’ORGANES. Le film d’horreur continue par le lynchage de deux Européens et d’un malgache : un Français du nom de Sébastien Judalet qui faisait souvent des va-et-vient à Nosy Be, un Franco-Italien du nom de Roberto Gianfala – bien confirmé par Rome, un clandestin qui a vu son visa touriste expiré. Notons qu’à Madagascar, la demande de visa n’est pas aussi spectaculairement contraignante que dans la plupart des pays européens puisqu’il est octroyé à votre arrivée sur l’île… pour dire qu’il faut vraiment le faire pour avoir un visa expiré à Madagascar !!! La troisième personne lynchée, le malgache – bizarrement sans nom dans tous les articles qui passent, son identité a d’autant moins d’importance que la mort de CHAINO en elle-même  – était apparemment l’oncle de CHAINO. (Beau portrait de famille).

CE DONT LES MEDIAS PARLENT :

Je ne douterai même pas une seule seconde des compétences en communication de tous ces médias qui ne racontent que ce qu’ils veulent faire gober aux lecteurs… Aussi, leur (…) foi les pousse à des titres tels que sur la photo ci-dessous.

metronews

L’affaire CHAINO, initiée par des meurtriers et par des soupçons de trafic d’organes, bascule rapidement et trop facilement vers des arguments sournoisement formulés des habitudes « sauvages » – disons-le – de la population locale.

Il y a cependant un maillon manquant que tous les médias ont délibérément zappé, parce que c’est vraiment le cas de le dire et on n’a pas besoin d’être expert en Droit pour pouvoir le dire : Pourquoi l’attention ne se porte pas davantage sur les détails de cet enfant retrouvé mort, mutilé… en guise de début d’enquête mais uniquement sur les présumés coupables ? Je parie que cette affaire, comme d’innombrables affaires plus que louches à Madagascar, sera vite camouflée et la dernière impression que les médias auront réussi à laisser de Madagascar est ce « peuple de sauvages » qui n’auront jamais droit à une justice, si tant est que ce mot ait une réelle signification de nos jours.

AUTRES FAITS AVANT QUE TOUT LE MONDE S’ENFLAMME :

1. La proactivité du seul opérateur touristique à Nosy Be + Français + tenant un blog sur les actualités de Nosy Be. ICI  D’habitude, ce genre de mauvaises nouvelles est quelque peu camouflée par les opérateurs touristiques du monde entier parce qu’il y va de leur chiffre d’affaires. Néanmoins, ce blogueur a non seulement eu l’intelligence d’informer de la situation AVANT TOUS LES MEDIAS (rôle d’un blog informatif, n’est-ce-pas ?), mais il est également très bien placé pour en parler puisque la scène s’est passée sur la plage où il est installé. Ceci remet quand même un peu en question la crédibilité des « correspondants » internationaux qui racontent tout ce qui est possible pour plus de sensations fortes. Il est important, dans de telles circonstances, d’oser partager les informations afin que les lecteurs puissent entendre différents sons de cloches, et le rôle des blogs prend tout son sens dans ces cas là.

2. Pour répondre à la vidéo ici, montrant des touristes « vazaha » ou étrangers qui fuient Nosy Be, le niveau des médias atteint vraiment des sommets du ridicule… qui ne tue pas. Savez-vous que le tourisme est l’activité motrice de Nosy Be et que la grande majorité des opérateurs touristiques sont des « vazaha », à savoir des Français et des Italiens ? Alors, pensez-vous que tous ces opérateurs « vazaha » ont complètement perdu la raison pour y rester, y avoir autant investi et défendre leur destination si vraiment, ils pensaient que la population était « sauvage » ? Eh bien, en voulant faire trop de cinéma médiatique et à force d’accorder autant d’importance à vos chers compatriotes présumés coupables mais dont l’un au moins est officiellement un clandestin, un illégal et une personne indésirable au pays, vous avez par la même donné encore plus de fil à retordre à vos autres compatriotes qui connaissent largement mieux la réalité de Nosy Be que vous.

3. Pour avoir personnellement vécu une situation malencontreuse nécessitant l’action des forces de l’ordre, à Madagascar, vous, la victime, devez encore payer en plus de ce que vous avez déjà perdu, pour faire bouger les forces de l’ordre. Il n’est plus besoin de répéter l’envergure de la corruption d’ailleurs, ce qui permet à l’impunité de fleurir comme des herbes sauvages. La question que je me pose, et que je vous pose aussi, « Et si CHAINO était votre enfant ? »

4. Enfin, mon mot personnel pour la fin, à tous ceux qui porteraient un jugement négatif sur les gens de Madagascar, Nosy Be… en tant que Malgache, je me permets de vous dire « regardez la poutre dans vos yeux avant de regarder la paille dans nos yeux. » Madagascar est en pays en crise politique, économique… en crise tout court depuis des années mais malgré le fait que la communauté internationale de façon générale ne cesse d’ajouter de l’huile sur le feu, le pays, de par la culture de la population, n’est pas en guerre – civile ou autre. A vous qui êtes si fiers et si protecteurs de tout ce qui vous concerne, en tant que personne lambda, qui qualifieriez-vous de « sauvages », ceux qui, face à l’absence totale de justice, prennent l’initiative de régler leurs propres affaires, ou ceux qui, par amour même plus de pouvoir mais de domination, initient, cautionnent, approuvent et investissent massivement dans les guerres qui soit dit en passant, n’est rien d’autre que des personnes étrangères envahissant un autre pays dans le seul objectif de tuer la population locale. Vous désapprouvez les façons de faire d’un gouvernement muni de quelques personnes et vous ne trouvez d’autres moyens que d’assassiner toute la population !!! Eh bien voyez-vous, le malgache est sans doute sauvage mais même dans n’importe quelle quête idiote qu’il puisse faire, jamais il n’a pensé à utiliser les gros moyens pour des meurtres en série. Et s’il faut être un pays en développement pour maintenir cette mentalité, soit, je suis très fière de ne pas avoir l’argent pour principal Dieu parce qu’il me reste ce qu’on appelle l’humanisme.

The following two tabs change content below.
Originaire de Madagascar et vivant à l'étranger, ce blog me permettra de partager un point de vue ou un "focus malagasy" au fil de mes aventures.

Valy

Originaire de Madagascar et vivant à l'étranger, ce blog me permettra de partager un point de vue ou un "focus malagasy" au fil de mes aventures.

12 thoughts to “Madagascar : Disparition et meurtre de Chaino, un enfant malgache de 8 ans”

  1. Un article foireux, comme mon nom l’indique… Saches monsieur l’adepte des théories à la mord-moi-le-noeud qu’à Madagascar comme dans d’autres pays, la consitution garantit le droit à la présomption d’innocence.
    Et dis toi également que si ça peut arriver à des « vazaha » ça peut aussi arriver à n’importe quel malgache, qu’il soit riche pauvre, merina, sakalava, betsileo, karana, chinois…
    Et si un jour tu te fais brûler par une foule en furie puisqu’apparemment tu cautionnes la vindicte populaire donc, on verra bien si ta verve sera toujours aussi piquante.
    Bien à toi… 🙂

    1. Je ne vois de foireux que votre commentaire et votre nom effectivement. La Constitution de Madagascar, oui, c’est un vrai sujet qui mérite d’être vu de plus près pour savoir ce qu’il vaut, surtout si vous vivez à Madagascar. Nosy Be est une ville que je connais relativement bien pour y avoir passé beaucoup de temps, ce qui me permet d’avancer des choses que des « points de vue » extérieurs n’ont pas forcément en tête.
      Enfin, s’il est vrai que dans le passé, la coutume était de maltraiter ou d’insulter les gens avec qui on n’est pas d’accord – comme si tout le monde devait avoir le même point de vue – je reviens à mon dernier point… vous n’êtes pas d’accord avec quelqu’un et vous devenez agressif! Confirmé, n’est-ce-pas ?
      Bien à vous aussi! 🙂

      1. Madafocus, en vous faisant l’apôtre de la vindicte populaire, vous faites l’apologie de la faillite du fanjakana qui pourtant a établi des lois strictes depuis Radama : Nul ne peut faire justice tout seul, seul l’Etat a cette prérogative dans notre pays. Vous voulez faire croire l’inverse.Voulez-vous que ce genre de procédés deviennent courant : tuer des suspects sans preuves ni procès, sur foi de simples rumeurs ? Où va-t-on avec une opinion comme la vôtre ?

        Ce n’est pas très malin de véhiculer ce genre de propos irresponsables car vous vous laissez aveugler par votre sentiment anti-vazaha. Ce qui est tout à fait contre-productif, que ce soit au niveau de la justice ou au niveau politique.

        1. On ne voit souvent que ce que nous avons envie de voir. Mon principal propos est de constater et clarifier qu’il s’agit de l’affaire Chaino avant l’affaire d’étrangers et malgaches lynchés. Après, vos conclusions insinuant que je suis pour la vindicte populaire ne prouvent pas que je le suis réellement. Je vous retourne la question, à plusieurs jours après le début de ce scandale, combien de nouvelles avez-vous entendu de l’évolution de l’affaire Chaino ? AUCUN !!! Quelqu’un, vous y compris, vous êtes-vous posé la question de savoir si l’enquête sur l’enfant avait avancé, comment et qu’en ont-ils tiré ? NON. Et je vous parie tout ce que vous voulez que ce point là ne sera JAMAIS élucidé pour large diffusion, autant que les lynchages qui sont aussi horribles et inhumains que la mutilation. Voyons, mais pourquoi est-ce aussi difficile d’admettre qu’une vie n’a pas la même valeur… aux yeux des médias ?

          1. Comment savez-vous que Chaino a été mutilé ? Si vous apportez les conclusions d’une autopsie, on peut vous croire, sinon, rien n’est sûr.
            Si l’enfant a vraiment été victime d’un meurtre, sans enquête on ne saura jamais qui a fait le coup. Les vazaha sont morts, étaient-ils coupables, nul ne le sait ? Maintenant qu’ils sont morts ils ne parleront plus. Si ça se trouve les assassins de Chaino étaient dans la foule et ont voulu éliminer des témoins gênants… Qui sait ?
            C’est ça le problème des règlements de compte dans la rue. On sait quand ça commence, on ne sait pas où ça finit.

        2. Ahhh… quant aux propos « anti-vazaha » comme vous dites, dans une partie de l’article, vous avez dû lire que les opérateurs touristiques de Nosy Be sont majoritairement des vazahas et que la presse n’a rien fait, strictement rien, pour essayer d’informer plus correctement malgré leur patriotisme de vite confirmer les nationalités des victimes. Non pas pour me justifier mais sachez que cette remarque s’adresse justement en faveur des opérateurs touristiques, tout autant victimes de cette manipulation médiatique que les malgaches ! En fait, je me demande réellement ce qui choque dans mon article parce que je ne dis aucunement qu’il faudrait lyncher tout le monde et je m’efforce de défendre justement les intérêts de ceux que j’ai vu de très bonne foi et qui s’investissent corps-et-âmes à Nosy Be, à savoir ces vazahas avec qui j’ai travaillé.

          1. Quand la foule lynche des gens, ça veut dire que l’Etat ne contrôle plus rien. C’est très inquiétant

  2. Comme vous, je suis d’accord pour que les Blancs ne viennent plus dans ces contrées. Il faut laisser à chaque peuple le soin de se débrouiller.

  3. Pour faire court : Nous avons le même problème, le même ennemi : les pédophiles et les violeurs !!! Malgache, blanc, étranger, là n’est pas le problème. En tant que française, ça me donne envie de vomir de savoir que les pédophiles français se baladent tranquillement dans le monde pour faire subir les pires sévices à des enfants. Et avec Tobira, fermez vite vos frontières, ça va être pire. Je ne cautionne strictement pas ce lynchage sauvage mais effictivement, il y a un vrai problème de sécurité pour les enfants.

  4. En aucun cas, je ne cautionne le lynchage. Par ailleurs, il faut admettre qu’il n’y a jamais de fumée sans feu. Il ne faut pas voir les faits d’un sens unique. S’il y a eu mort d’hommes, il y a eu forcément une raison. Le lynchage qu’a fait la foule est un assassinat et la mutilation de l’enfant en est un autre. Sauf que, dans les deux cas, il y a une grande différence. La conséquence a pris place avant même que la cause a été prouvé.
    Bref, pour ma part, le lynchage c’était juste une façon d’exprimer une colère interne si longtemps avalé et la mort de l’enfant n’était que la goutte d’eau qui a fait débordé la vase.
    Je le redit encore si haut si fort, je ne cautionne pas le lynchage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.